Quel rapport entre nos pensées et la souffrance psychique?

Les pensées sont faites pour comprendre le monde autour de nous et nous y adapter. Nous interprétons, nous jugeons, nous jaugeons pour savoir quoi faire et comment réagir. Effectivement, les pensées sont le plus souvent utiles pour prendre une décision ou trouver une solution.

Seulement voilà, certains types de pensées quand elles passent et repassent en boucle dans notre tête finissent par être toxiques. Certaines pensées sont dysfonctionnelles et peuvent générer une souffrance psychique quand elles simplifient, accentuent, minimisent ou déforment certains aspects de la réalité . Ressasser les mêmes pensées dysfonctionnelles engendre davantage d'émotions négatives, ce qui engendre davantage de pensées négatives et le cercle vicieux s'installe. On se crée soi-même une humeur sombre, voire dépressive.

Lorsque l'on dit "Je cogite", "J'y pense sans cesse", "Ça me prend la tête", "Je suis ailleurs", "Je ne profite de rien", "Je suis dans la lune", "Je suis perdu dans mes pensées" etc. signifie que l'on est dans un état très exactement inverse de la Pleine Conscience, totalement déconnecté du moment présent et incapable de se distancier de ses pensées et émotions.

Ai-je déjà ressenti cela ? Si j'en souffre je peux apprendre par des exercices de pleine conscience à sortir de cet état de "pilotage automatique" qui provoque du mal-être. Quitter le monde de mes pensées et me mettre en position d'observateur sans juger l'expérience qui se déploie

est le début de la prise de recul.

"Ce ne sont pas les choses qui posent problèmes" disait Épictète "mais l'opinion que l'on se fait" ( pensées et interprétation" .

Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square

© 2019 par Muriel Erbetti

NOUS SUIVRE :

  • Facebook - Black Circle